Libre de le dire

Libre de le croire, libre de le dire…

    Tel est le thème de la convention nationale du CNEF (Conseil National des Évangéliques de France) qui se tient les 22 et 23 janvier 2015 à Pontoise. La thématique du congrès s’appuie sur l’ouvrage éponyme (qui lui donne son nom) présenté en cette occasion : Libre de le dire. Fondements et enjeux de la liberté de conscience et d’expression en France[1].

libre-de-le-dire    « Le Conseil National des Évangéliques de France« , écrit Étienne Lhermenault, son président, « a décidé de mener campagne sur ce thème sous le libellé Libre de le dire. Il espère contribuer à la réflexion sur cet acquis si précieux de nos sociétés démocratiques. À un moment où la peur des religions obscurcit le discernement et conduit certains dirigeants politiques à vouloir aseptiser la sphère publique de tout discours religieux, nous voulons redire qu’il n’y a pas de démocratie digne de ce nom sans réelle liberté de conscience et d’expression ».

    J’ai participé à la rédaction de cet ouvrage collectif, prenant en charge la perspective historique, celle de la difficile conquête des libertés pour les Évangéliques français depuis le début du XIXe siècle. De leur côté, Jacques Buchhold, doyen de la Faculté Libre de Théologie Évangélique de Vaux-sur-Seine, ainsi que Louis Schweitzer, ancien secrétaire général de la Fédération Protestante de France, s’attachaient aux dimensions théologiques. Prisca Robitzer étudiait l’approche sociologique, Nancy Lefèvre, le cadre juridique et Charles-Éric de Saint-Germain abordait l’angle philosophique.

libre-de-le-dire 2    Les plus fidèles des lecteurs de ce blog auront remarqué que j’y avais, depuis deux ans, publié un certain nombre d’articles relatifs aux multiples entraves apportées au culte protestant et à la liberté d’expression évangélique. J’y ai puisé un certain nombre des réflexions qui sont synthétisées dans l’ouvrage présenté en janvier 2015.

    Nous avons décidé, pour des raisons pratiques évidentes, de condenser un certain nombres de paragraphes de la partie historique, qui correspondait, à elle seule, à un petit livre. De plus, bien des aspects restent encore à aborder. J’y reviendrait sous forme de chroniques régulières sur ce blog, ce qui pourrait aboutir à un ouvrage à lui seul.

    Il en va de même pour d’autres thématiques qui reviennent habituellement dans ce blog. Celle qui est la plus avancée est l’histoire de la diffusion biblique et du colportage en France, qui sera bientôt finalisée, et pour laquelle j’ai un accord d’édition.

    Je voudrais enfin remercier les fidèles lecteurs de ce site et leur présenter mes meilleurs voeux pour l’année qui commence. Si nous ne sommes pas épargnés aujourd’hui par les soucis qu’ont rencontrés nos pères, nous pouvons également partager leur Foi et vivre leurs victoires.

    Jean-Yves Carluer

[1] Libre de le dire, janvier 2005, BLF éditions, 160 pages. Site internet : LIEN

Ce contenu a été publié dans Histoire, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *