Des pasteurs mieux connus…

Une étude sur les pasteurs pentecôtistes…

L’ Association des Pasteurs de France, présidée par Evert Veldhuizen, vient de publier les actes du colloque « les pasteurs, acteurs avec les temps », qui s’était tenu l’année passée à l’ Institut Protestant de Théologie à Paris, les 14 et 15 mars 2016.

Nous y étions intervenus, le pasteur Fabio Morin et moi-même, à propos des milieux d’origine, de la formation théologique et des trajectoires spirituelles des pasteurs pentecôtistes des Assemblées de Dieu de France de 1930 à 1960.

Pour la première fois, le courant évangélique était bien représenté, ne serait-ce que dans le corpus étudié. Comme le faisait remarquer Jean-Paul Willaime lors de la conclusion générale, si l’on ajoute aux 800 ministres du culte luthéro-réformés qui constituaient traditionnellement l’assise pastorale protestante, le millier de pasteurs pentecôtistes et charismatiques actuels, on double le poids des ministères étudiés. Et cela d’autant plus que Christophe Paya, professeur de théologie pratique à Vaux-sur-Seine, présenta également au colloque les caractéristiques et les problématiques des pasteurs évangéliques, ainsi que la diversité de leur formation.

Notre étude, proposée par Fabio Morin et moi-même, contribua à montrer les pasteurs pentecôtistes « classiques » sous un jour qui était largement inconnu jusque-là.

– Lors de l’expansion initiale du pentecôtisme en France, soit la décennie 1930-1940, au moins 60 % des pasteurs des Assemblées de Dieu sont issus de rangs protestants, essentiellement baptistes et réformés.

– Dans une seconde décennie, 1940-1950, les pasteurs pentecôtistes, désormais deux fois plus nombreux (70 environ), sont encore pour moitié originaires de confessions issues de la Réforme.

– Il faut attendre la troisième décennie des Assemblées de Dieu de France, mouvement qui regroupe alors, rappelons-le, les forces vives du pentecôtisme classique, pour que les ministres du culte issus de leur rang soient en nombre un peu inférieur à ceux qui viennent d’autres confessions protestantes. Cette période 1950-1960 correspond à une forte expansion du pentecôtisme en France. On y rencontre encore des transferts pastoraux entre les Églises luthéro-réformées qui entrent en crise conjoncturelle, et les Assemblées de Dieu.

Mais déjà une autre dynamique intervient : Les Églises baptistes et réformées s’ouvrent au pluralisme « revivaliste », sous l’influence, en particulier, de l’Union de Prières de Charmes (Ardèche). Le développement du mouvement charismatique vient, assez logiquement, clore cette période.

Le travail de documentation et d’analyse de Fabio Morin, actuellement pasteur à Lannion, fait l’objet d’un projet de thèse sous la direction de Patrick Cabanel.

Jean-Yves Carluer.

« Les pasteurs, acteurs avec les temps, une profession en constante évolution », Cahiers de l’APF, N° 45-46, www.pasteursdefrance.fr

Ce contenu a été publié dans Histoire, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *