Evangile et littoral -1

Les enfants de l’Amiral

Un nouveau chapitre du « Réveil naval » s’ouvre au tournant du second XIXe siècle.

La Mission Béthel poursuit son œuvre parmi les marins. Le réseau des foyers portuaires protestants continue son essor, à la fois numérique et qualitatif, mais toujours de façon non dénominationnelle. Dans ce domaine, l’initiative, en Europe, émane de plus en plus de l’aile évangélique de l’Église d’Angleterre. On y discerne, également, une influence croissante des milieux proches des Frères de Plymouth, ce qui est assez logique, dans la mesure où quelques pionniers d’importance exercent leur ministère avec un statut de laïc. Autre caractéristique du temps : le rôle important des femmes qui s’affirme chez les « Évangéliques radicaux » dont certains préparent l’émergence du pentecôtisme.

Nous évoquons ici deux figures de ces pionniers, issus de l’aristocratie britannique, et qui intéressent, entre autres, la France de la Troisième République, et tout particulièrement son littoral de Manche-Atlantique. Granville Augustus WilliamWaldegrave (1833-1913), plus connu sous son titre de Lord Rastock, troisième du nom, est célèbre, entre autres, comme initiateur du Réveil évangélique dans la haute société russe de Saint-Petersbourg de 1874 à 1877. On sait également qu’il fut proche du pasteur Ruben Saillens qui présida son service funèbre à Paris en décembre 1913. Ce que l’on sait moins, c’est qu’il fut à l’origine des missions portuaires protestantes sur nos littoraux à partir de 1881, en relation avec son ami Henri Cook, de la Mission des Marins de Gosport1.

La sœur aînée de Lord Rastock, Lady Caroline Proctor-Beauchamps est beaucoup moins connue des historiens. Nous pensons néanmoins réévaluer son rôle, en particulier dans la France de l’Ouest.

Nous avons promis en titre d’évoquer un amiral. En réalité, il faudrait en citer deux.

Les Waldegrave sont issus de la haute aristocratie britannique. Ils descendent d’un comte du même nom qui épousa une fille illégitime du roi Jacques II Stuart. Leur descendance siégea désormais à la chambre des lords.

1er baron Rdstock. Blog de Jean-Yves Carluer

Le premier amiral William Waldegrave, baron Radstock (Wikipédia)

William Waldegrave, le premier amiral (1753-1825) était un cadet de cette famille. Il lui fallait donc réussir par ses propres moyens. Il choisit, comme nombre de jeunes aristocrates, une carrière au sein de la Marine. Il y devint officier et fut nommé gouverneur de Terre-Neuve en 1797. Cette même année, il est remarqué aux côtés de Nelson et Collingwood à la bataille du Cap Saint-Vincent. Sa fortune est faite, il termine amiral et est nommé premier baron Radstock, de Castle Town, en Irlande. William Waldegrave semble avoir été impliqué dans le Réveil naval de l’époque. C’était un correspondant régulier d’Hannah More, la célèbre romancière et égérie du Réveil méthodiste. Son épouse, Esther Puget, fille d’un des directeurs de la Banque d’Angleterre, était d’ascendance huguenote et, quoique membre de l’Église d’Angleterre, considérée comme une fervente wesleyenne, prédicatrice à l’occasion et fondatrice de plusieurs œuvres sociales.

Le deuxième amiral, Granville George Waldegrave (1786-1857), était leur fils aîné. Il fit d’abord carrière sous les ordres de son père et gravit peu à peu les échelons, jusqu’à devenir Captain en 1807 et finalement Vice-Amiral en 1853. Officier élégant, il fut aide de camp naval du roi Guillaume III, puis de la jeune reine Victoria en 1837. Il avait épousé Esther Caroline Puget (1800-1874) en 1823.

Le couple, engagé dans la foi chrétienne, à l’exemple des parents, eut trois enfants : Granville Augustus William (1833-1913), qui succéda à son père comme troisième Lord Rastock en 1857, Caroline Esther (1826-1898) qui épousa le quatrième Lord Proctor-Beauchamp, et édifia, après son veuvage, le Sailor’Rest du Havre où elle fut le mentor de la jeune Suissesse Hélène Biolley. La dernière-née, Elisabeth, demeura sans alliance. Nous lui devons de précieuses informations sur son frère et sa sœur aînée.

(A suivre…)

1Harold H. Rowdon, « Waldegrave, Granville Augustus William, third Baron Radstock (1833–1913) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004.

Mrs Edward Trotter, Lord Rastock, an interpretation and a record, Londres, 1914.

David Fountain, Lord Radstock and the Russian Awakening ; Southampton, 1988.

Andrey P. Puzynin, The Tradition of the Gospel Christians: A Study of Their Identity and Theology …, Pickwick Publications, 2011.

Ce contenu a été publié dans Histoire, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *